Cette enquête préliminaire, ouverte pour "assassinat en relation avec une entreprise terroriste" et "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste" a été confiée à la Direction de la surveillance et du territoire (DST), a-t-on précisé de même source.
La justice française est compétente pour instruire sur des faits perpétrés contre des Français à l'étranger.

Algerie : Attentat terroriste en Algérie contre la société de BTP Razel

L'ingénieur français Pierre Nowacki, 57 ans, a été tué par l'explosion d'une bombe actionnée à distance, placée au passage de sa voiture à la sortie du chantier, alors qu'il regagnait la base de l'entreprise française de BTP, Razel. Son chauffeur algérien a été également tué.
Son corps doit être rapatrié dans la journée en France.
C'est la deuxième fois depuis le 21 septembre que des Français sont visés par un attentat, mais c'est le premier Français tué dans un attentat islamiste depuis 1994.

Le double attentat visait l'entreprise Razel, chargée depuis mars de la réparation du tunnel ferroviaire d'Ammal à Beni-Amrane, dans la région de Boumerdès (50 km à l'est d'Alger), endommagé début 2008 après la collision d'un train de transport de carburants et d'une locomotive.

Trois autres Français du chantier rappelés en France

Le corps de la victime doit être rapatrié "dans les meilleurs délais", a-t-on appris par ailleurs lundi auprès du consulat général de France à Alger.
Le consul de France à Alger Francis Heude s'est rendu à l'hôpital de Thénia, près de Lakhdaria, pour se recueillir devant le corps, et effectuer les formalité de rapatriement.

La secrétaire d'Etat française au commerce extérieur Anne-Marie Idrac s'est de son côté rendue au siège à Alger de Razel, pour présenter ses condoléances au personnel, a indiqué l'ambassade de France.

L'entreprise Razel a par ailleurs rappelé en France les trois autres Français qui travaillaient sur le chantier.