FNCV Infos et Actualités des Combattants Volontaires

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche - 'pirates

mardi 7 février 2017

Formation : Le lycée militaire de St Cyr L'Ecole va proposer un BTS en cyber-défense

Recruter des experts en sécurité informatique n’est pas une chose aisée pour le ministère de la Défense, tant la concurrence du secteur privé, avec les rémunérations qu’il propose, est forte.

Et contrairement au Royaume-Uni, il n’est pas question, du moins pour le moment, d’aller chercher ces compétences là où elles sont, c’est à dire dans la communauté des « hackers », qui, contrairement à une fausse idée largement répandue, ne sont pas des « pirates » mais des «bidouilleurs» de code qui adhèrent à une éthique. Cela vaut aussi pour la réserve de cyberdéfense (RCD), qui recrute des profils allant de l’étudiant en 1ère année en informatique au diplômé d’un niveau BAC+5.

Aussi, développer la cyberdéfense, encore faut-il qu’il y ait un « vivier » d’experts susceptibles d’être recrutés. D’où la nécessité d’ouvrir de nouvelles filières de formation, comme va le faire le lycée militaire de Saint-Cyr-l’École dès la prochaine rentrée.

Cet établissement, qui dépend de l’armée de Terre, accueillera en effet une trentaine d’élèves dans une classe de BTS « Systèmes numériques Informatique et réseaux, option cyberdéfense ». Cette formation s’adressera aux titulaires d’un bac scientifique (S ou STI2D) intéressés par une carrière militaire.

Le programme de cette formation ne sera pas essentiellement technique étant donné qu’il prévoit également des cours de culture générale, de français et de langues vivantes. Les élèves seront logés en internat et porteront l’uniforme. En outre, ils devront suivre une préparation militaire supérieure de trois semaines.

À l’issue de leur cursus, les élèves pourront rejoindre l’armée de Terre en qualité de sous-officier ou faire partie du corps des techniciens civils du ministère de la Défense.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

vendredi 8 juillet 2016

Gendarmerie : Le général Favier, va rejoindre le groupe pétrolier Total

Alors que les défis n’ont sans doute jamais été actuellement aussi nombreux pour la gendarmerie, son directeur (DGGN), le général Denis Favier, 57 ans, a annoncé qu’il quitterait, à sa demande, ses fonctions à compter du 1er septembre 2016 pour rejoindre le groupe pétrolier Total, où il sera en charge des affaires liées à la sécurité.

Le départ du général Favier est une surprise. Nommé directeur de la Gendarmerie nationale en 2013, il avait été auparavant le conseiller gendarmerie de Manuel Valls, quand ce dernier était ministre de l’Intérieur.

Mais ce saint-cyrien est aussi surtout connu pour avoir dirigé l’assaut du Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale (GIGN) donné à Marignane contre un commando islamiste qui avait pris les passagers d’un Airbus d’Air France, en 1994.

Après avoir commandé le groupement de gendarmerie de Haute-Savoie, le général Favier retrouva, en 2007, le GIGN, soit 10 ans après avoir quitté cette unité d’élite. Il fit parler à nouveau de lui lors de l’affaire du Ponant, un voilier capturé en avril 2008 par des pirates somaliens, en sautant en parachute en mer (tarpon) dans le cadre de l’opération Thalatine, lancée pour libérer l’équipage du navire.

Plus récemment, en tant que DGGN, le général Favier a supervisé l’opération ayant abouti à la neutralisation des frères Kouachi, les auteurs du massacre de la rédaction de Charlie Hebdo.

À son arrivée à DGGN, le général Favier avait tiré la sonnette d’alarme sur la situation financière de la gendarmerie, en mettant en cause, devant les parlementaires, les gels et surgels imposés à son budget. Mais, visiblement, les choses se sont améliorées depuis…

Reste maintenant à voir qui sera le prochain chef des gendarmes. Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, pour qui le général Favier aura été un « grand directeur de la Gendarmerie nationale », a fait savoir qu’il proposerait le nom du général Richard Lizurey, actuel major général de la Gendarmerie.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

jeudi 17 décembre 2015

Chine Marine : Bientôt une base navale chinoise à Djibouti

En marge du sommet sino-africain de Johannesbourg (Afrique du Sud), au cours duquel Pékin a annoncé 60 milliards de dollars d’investissements en Afrique, le ministre djiboutien des Affaires étrangères, Mahamoud Ali Youssouf, a annoncé que les négociations portant sur l’installation d’une base navale « logistique » chinoise dans son pays étaient terminées.

« Il y a une base navale américaine à Djibouti, française, italienne… L’esprit du monde bipolaire est terminé. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde globalisé, où les menaces sont les mêmes », a fait valoir le ministre djiboutien, rapporte RFI.

Ce dernier a également précisé que cette base aura « pour objectifs la lutte contre la piraterie, la sécurisation du détroit de Bab el-Mandeb », par où passe l’une des routes maritimes les plus fréquentées du monde, et surtout la « sécurisation des navires chinois qui transitent par ce détroit ».

« Depuis quelques années, avec l’instabilité en Somalie, cette région est devenue un point de repère pour tous les pirates et tous les mouvements terroristes comme les Shebab qui ont déclaré leur allégeance à l’État islamique », a encore ajouté Mahamoud Ali Youssouf.

Sauf que sur ce dernier point, le ministre est allé un peu vite en besogne : Muhammad Abu Abdalla, l’ex-bras droit du chef des Shebab somaliens, Ahmed Abdi « Godane », tué par une frappe américaine en septembre 2014, a menacé d’égorger tout combattant qui aurait la tentation de rallier l’EI. « C’est une décision collective : quiconque veut adhérer à un autre groupe islamique doit quitter le pays et les rejoindre là où ils se trouvent », a-t-il menacé, fin novembre 2015.

Quoi qu’il en soit, située vraisemblablement sur l’un des quais du nouveau port de Djibouti, cette future base navale chinoise sera la première du genre à l’étranger. Et il se pourrait qu’elle ne soit pas la dernière, étant donné que Pékin met en œuvre une stratégie dite du «collier de perles», dont le but principal est de garantir la sécurité de ses voies d’approvisionnement maritimes tout en s’assurant d’une certaine liberté d’action militaire.

Pour rappel, c’est à la France que revient la défense de la République de Djibouti, en vertu d’accords récemment revus. Les États-Unis y ont installé une importante base (au camp Lemonnier), à partir de laquelle ils mènent des opérations en Somalie et au Yémen.

Source : Zone Militaire

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 15 avril 2015

Yemen : Les marins français évacuent des réfugiés, sous le feu...

Au lendemain d’une opération d’évacuation de 44 ressortissants (RESEVAC) menée à  Balhaf (Yémen) par le Bâtiment de projection et de commandement (BPC) Dixmude, le patrouilleur hauturier «L’Adroit» et la frégate légère furtive Aconit en ont mené une seconde, le 5 avril 2015, à Aden, ville actuellement théâtre de combats entre les milices chiites houthis et les forces gouvernementales.

Dans un premier temps, L’Adroit a mis en oeuvre ses embarcations rapides vers 06h00 afin de pouvoir évacuer 25 personnes, dont 13 enfants. L’opération a duré 3 heures. Un peu plus tard, l’Aconit, « en liaison étroite avec les autorités portuaires yéménites », a accueilli à son bord 38 autres ressortissants de différentes nationalités. C’est au cours de cette RESEVAC que les marins français ont été pris sous le feu d’un groupe armé.

« Au départ, l’idée était de récupérer les civils sur des structures portuaires » à hauteur d’Aden, a affirmé, ce 9 avril, le colonel Gilles Jaron, le porte-parole de l’État-major des armées (EMA). L’Aconit a alors tenté une opération de récupération mais les marins ont été la cible de groupes armés non identifiés.

« Il a fallu reconsidérer la manœuvre et diriger les civils vers des plages où nous avons pu les récupérer quelques heures plus tard », a-t-il dit.

C’est alors qu’une course contre la montre a été engagée car les ressortissants qui devaient être évacués s’étaient « dévoilés » et il y avait donc un risque de les voir « suivis » par des groupes armés susceptibles d’être tentés de les utiliser comme « monnaie d’échange » ou « moyen de pression », a expliqué le colonel Jaron.

« Il a fallu vite déterminer un autre point de récupération » a-t-il poursuivi. Et ce dernier a été rejoint par les ressortissants étrangers par leurs propres moyens. « C’est une opération qui s’est faite sous tension du feu et du temps », a souligné le porte-parole de l’EMA, qui a rappelé que les RESEVAC sont des missions souvent « périlleuses ».

Au total, au cours du congé pascal, la Marine nationale a, grâce au BCP Dixmude, à l’Adroit et à l’Aconit, évacué 109 personnes vers Djibouti.

Source : Forces Navales

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

mercredi 1 avril 2015

Saphir vs Theodore Roosevelt : Touché, coulé... puis censuré !!!

Surtout ne pas fâcher le grand frère américain...

Et pourtant, la Marine française a réussi un très joli coup, dans la matinée du 5 (ou 6) février 2015, au large des côtes atlantiques des Etats-Unis. Dans le cadre d'un exercice interallié, baptisé Comptuex 2, le sous-marin nucléaire d'attaque Saphir est parvenu à couler fictivement le porte-avions USS Theodore Roosevelt.

L'information a été diffusée sur le site du ministère de la Défense  sous la forme suivante : «Le Saphir s'est glissé discrètement au coeur de l'écran formé par les frégates américaines protégeant le porte-avions, tout en évitant le contre-détection des moyens aériens omniprésents. Au matin du dernier jour, l'ordre de feu était enfin donné, permettant au Saphir de couler fictivement le Theodore Roosevelt et la majeure partie de son escorte», soit un croiseur et trois destroyers.

Oups...

C'en était trop. L'article a été supprimé sur internet, mais rien ne se perdant définitivement, on peut toujours le lire en cliquant. Un autre article, écrit spécialement pour la version imprimée de Cols bleus, plus modérée, a survécu aux ciseaux d'Anastasie  : «Après plusieurs jours de traque, sous la menace constante des avions de patrouille maritime P8 Poseidon et des destroyers de type Arleigh Burke, le commandant parvient à inscrire la silhouette massive du porte-avions nucléaire USS Theodore Roosevelt dans le réticule de son périscope.

Encore quelques centaines de yards et il sera en portée de tir. Le central-opérations retient son souffle : le Carrier Strike Group (groupe aéronaval) guette la moindre indiscrétion pour une réplique aussi fulgurante que létale.»

Quoi qu'il en soit, bravo à l'équipage du Saphir ! 

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Defense

CGU : Nous utilisons des cookies pour améliorer le fonctionnement, le contenu et la sécurité de notre site. En visitant notre site, et tout particulièrement avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation. Merci.

* * *

samedi 18 octobre 2014

Marine nationale : Le dernier voyage du porte-hélicoptère Jeanne d'Arc

Adieu la Jeanne, porte hélicoptère et navire école de la Marine nationale

Pendant ses 46 ans de service, le porte-hélicoptères Jeanne d’Arc aura effectué 800 escales dans 84 pays et parcoure 3,25 millions de kilomètres, soit 79 tours du monde. Il faudra en ajouter quelques uns : le 11 octobre 2014, en effet, ce navire mythique de la Marine nationale va rejoindre Bassens, près de Bordeaux, pour y être démantelé.

Plus précisément, il sera remorqué de la base navale de Brest vers la Gironde. Le dernier voyage de la « Vieille Dame » devrait durer 48 heures. En fait, il serait impropre de parler encore de la Jeanne d’Arc, dans la mesure où, depuis qu’elle a été désarmée en 2010, elle n’est plus désignée que par l’immatriculation de sa coque (Q860).

Le chantier de sa déconstruction a été confié en juin 2014 par la Marine nationale à Veolia Propreté, une filiale du groupe Veolia. L’entreprise aura également à s’occuper du croiseur Colbert, transformé en musée après avoir été désarmé au début des années 1990 pour être ensuite transféré, en 2007, à Landévennec, près de Brest. Cet imposant navire de 10.600 tonnes avait rapatrié les cendres du maréchal Lyautey en 1961 et transporté le général de Gaulle lors de son périple américain de 1964.

Quant à la Jeanne d’Arc, elle fut essentiellement utilisée pour accueillir les stages d’application des futurs officiers de marine (cette mission a depuis été reprise par les BPC de type Mistral). Elle prit part à de nombreuses opérations humanitaires (comme en 2004, après le tsunami qui fit 200.000 morts en Indonésie). En 2008, elle fut même engagée dans la mission visant à libérer l’équipage du Ponant, un voilier capturé par les pirates somaliens.

Que restera-t-il de la Jeanne d’Arc, mis à part les souvenirs de ceux qui ont servi à son bord ? Quelques unes de ses pièces ont été confiées à des musées et à des villes qui avaient un lien particulier avec elle, comme Brest (son port d’attache) ou Rouen (sa ville marraine). Cette dernière a ainsi reçu une ancre.

Certains pourraient s’offusquer du traitement réservé à un navire comme la Jeanne d’Arc et penser qu’il vaudrait mieux le couler avec les honneurs. Jusqu’au début des années 2000, c’est ce que faisait la Marine nationale. Enfin presque puisque les bâtiments désarmés servait de cibles pour les exercices ou la mise au point de nouveaux systèmes d’armes. Mais la réglementation internationale a évolué depuis… D’où le recours à des prestataires externes pour « déconstruire » les vaisseaux retirés du service.

Source : Zone Militaire

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

lundi 1 septembre 2014

Justice : Affaire Leclère-Taubira, lettre ouverte du colonel Mugg à François Bayrou...

= Lettre ouverte à François Bayrou =

Objet : Votre intervention de ce jour sur « France Inter ».

Monsieur le Maire, Monsieur le Président,

J’ai suivi votre intervention sur France Inter à propos de la condamnation à 9 mois de prison de cette militante FN.
Je suis révolté.

En effet, de quoi s’agit-il ? Une « pauvre fille » marchande d’articles de pêche des Ardennes JAMAIS CONDAMNÉE qui fait une connerie plus bête que méchante et on la crucifie (9 mois ferme et une amende qui va la mettre sur la paille). Jugée en GUYANE ! Alors que Mme TAUBIRA réside à PARIS. On reproche à cette femme de n’avoir pas fait 15000 km d’avion A.R. pour aller à son procès ! Elle n’a pas des revenus de député maire.

Qu’elle soit tenue pour responsable de sa déclaration (dans Charlie Hebdo il y a des propos infiniment plus outrageants qui apparemment ne vous dérangent pas beaucoup) pas de problème, sanctionnée, pas de problème, mais qu’elle fasse les frais du désir de se ''payer'' le FN, par le moyen d’une justice instrumentalisée, pour ne pas dire manipulée, au profit d’une ministre déjà convaincue de mensonges publics.
C'est abject.

DEUX POIDS DEUX MESURES :

On a entendu il y a quelques jours devant la synagogue du XIIe à PARIS ! « juifs hors de France, on va vous cramer, Allah akbar »

Pas d’inculpation, pas d’arrestation, assentiment des VERTS !

Où étiez-vous Mr BAYROU, sur quelle radio pour dénoncer ces propos ?

Vous parlez « d’extrême violence » très bien, que pensez vous de la violence à l’encontre de ce pauvre colonel Schmidt punaisé sur le mur des cons par le syndicat de la magistrature !!! Alors que la fille de cet homme a été violée puis littéralement massacrée par un barbare que notre république a accueilli dans sa grande générosité.

Là aussi pas de réaction de notre garde des sceaux ni de la « Justice ».

Où étiez-vous Mr BAYROU pour dénoncer cet acte immonde ?

Quand les FEMEN ont simulé un accouchement la nuit de Noël dans l’Eglise de la Madeleine pendant la messe au cri de «Jésus est mort !» c’est pour les croyants aussi d’une «extrême violence» Pas d’interpellation, pas de sanction ! (imaginons la même scène dans une mosquée ou une synagogue….)

Où étiez-vous Mr BAYROU ?

Vous entendre affirmer que les juges quel que soit leur engagement politique sont impartiaux, c’est à mourir de rire ou plutôt à pleurer dans le cas qui nous occupe. Dans cette affaire vous venez au secours d’un pouvoir qui perd de plus en plus l’appui du peuple comme l’a très justement, en son temps, expliqué Mr le Député LASALLE pour qui j’ai énormément d’estime.

Vous avez, avec brio exposé l’ineffable théorie de l’impartialité des juges et des enseignants, vous devriez aller voir sur les journaux DE GAUCHE ce que pensent les français de la misérable pratique qu’illustre ce scandaleux verdict ! (Je ne parle pas des journaux de droite….)

Mais en fait, vous avez bien raison ; Ces centaines d’énergumènes manifestant pour le Hamas (organisation hautement Démocratique) aux cris de « Allah Akbar, mort à Israël, nous sommes des Mohammed Mera, Oussama ben Laden etc…etc… » Comme en témoignent les vidéos disponibles, ne sont pas des dangers puisque : Aucune interpellation, aucune sanction. (mariage pour tous 370 gardes à vue de dangereuses terroristes en jupes plissées et col Claudine , tenues hautement subversives !!).

Le danger absolu c’est cette pauvre fille pas très maline qui vend des hameçons à Rethel,que vous avez massacrée à France Inter. Vous avez eu raison, il fallait aller chercher quatre chevaux de trait et l’écarteler en place publique et exposer sa dépouille à Montfaucon !!! OU peut-être l’envoyer au Goulag…..

J’ai toujours voté avec mesure, mais votre prise de position, votre mauvaise foi évidente et ce désir de vouloir «la mort du pécheur» me scandalise au point que mon prochain vote sera un acte de résistance pour lutter à mon niveau contre cette dérive TOTALITAIRE, cette instrumentalisation de la justice que vous portez en si grande estime et qui vient de relâcher les 5 violeurs d’une pauvre handicapée mentale comme elle avait absout les pirates du train de Grigny.

Allez, monsieur BAYROU, punaisez-moi sur le mur des cons !

Bien respectueusement,

Source : Colonel (e.r) Jean Pierre MUGG

NDLR FNCV : Afin d'éclairer le jugement de nos lecteurs, nous vous livrons les deux caricatures réalisés respectivement par Anne Sophie Leclère et par Charb, le dessinateur de Charlie Hebdo.

Le principe constitutionnel d'égalité devant la Loi est-il respecté par la justice ?



Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

dimanche 20 juillet 2014

Marine nationale : Nageurs de combat... Bientôt le millième...

Le 1000e brevet de nageur de combat sera bientôt décerné

Publié le jeudi 26 juin à 12h56 Une cérémonie discrète, aura lieu le 23 juillet 2014 à l'Ecole de Plongée de Saint-Mandrier, à l'occasion de la remise du millième brevet de nageur de combat, sans doute la formation la plus exigeante de l'armée française.

L'amiral Marin Gillier devrait présider cette cérémonie : il est le nageur de combat le plus élevé dans la hiérarchie militaire et une figure des commandos-marine.

Le premier brevet a été décerné en 1952 et depuis lors 90 "cours nageur" se sont déroulés pour former des spécialistes appelés à servir au commando Hubert de la Marine nationale ou, pour les personnels issus de l'armée de terre, au Service Action de la DGSE.

Par ailleurs, l'amiral Olivier Coupry restera pour une troisième année à la tête de la Force maritime des fusiliers marins et commandos, à Lorient. 

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Defense

Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires


CGU : Avant de poster un commentaire, vous reconnaissez avoir lu et accepté nos Conditions Générales d'Utilisation.

* * *

mercredi 31 juillet 2013

Marine nationale : 438 kg de cocaïne saisis par la frégate Ventôse aux Antilles

La frégate de surveillance Ventôse vient de mettre une nouvelle fois mis en échec des trafiquants de drogue. Par le passé, ce bâtiment de la Marine nationale a été impliqué dans d’importantes saisies de produits stupéfiants, notamment de cocaïne.

Jusqu’il y a peu, la frégate Ventôse était en arrêt technique afin de lui redonner du potentiel et lui installer de nouveaux systèmes pour augmenter ses capacités opérationnelles, avec la modernisation de ses réseaux de communication (programme RIFAN2) et le remplacement de sa conduite de tir infrarouge (opération  SYMFIR).

Ce n’est donc que le 17 juillet 2013 que la frégate a pu reprendre la mer à l’issue de ces travaux. Et dès le lendemain, elle a été sollicité pour intercepter, au large des petites Antilles, un voilier espagnol de 12 mètres suspecté de servir au trafic de drogue, et cela “sur la base d’un renseignement recueilli et enrichi par la Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED).

Aussi, l’intervention de la frégate n’a pas été vaine puisqu’elle a permis de mettre la main sur 438 kg de cocaïne dissimulés dans 16 ballots et d’arrêter les marins du voilier. La valeur marchande de cette cargaison est estimée à “20 millions d’euros à l’arrivée en Europe et à 120 millions d’euros à la revente aux consommateurs.”

La drogue et les trafiquants ont été ensuite remis à l’antenne Caraïbes de l’office central de répression des trafics illicites de stupéfiants (OCRTIS) sur instruction du procureur de la République de Fort-de-France.

“Cette mission d’interception a été menée sous l’autorité du préfet de la région Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer. L’opération a été conduite par l’amiral, commandant supérieur des forces armées des Antilles depuis le centre opérationnel interarmées implanté au Fort Desaix”, explique l’Etat-major des armées.

Au total, et depuis le début de cette année, les Forces armées aux Antilles (FAA) ont saisi plus de 900 kg de cocaïne. 

Source: Zone Militaire - Photo: (c) Marine nationale


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

jeudi 27 juin 2013

Terrorisme : Deux militaires de la base navale de Toulon arrêtés...

Le 19 septembre 2012, une épicerie casher était la cible d’une attaque à la grenade à Sarcelles (Val d’Oise).

L’enquête concernant cet attentat a permis de démanteler, trois semaines plus tard, un groupe jihadiste décrit par le procureur de la République de Paris François Molins, comme étant “probablement le plus dangereux mis au jour depuis 1996 en France.”

Cette cellule jihadiste avait le projet de commettre des attentats en France tout en mettant sur pied une filière pour envoyer des candidats au jihad en Syrie.

Dans le cadre de cette affaire, un certain Jérémy Sydney, 33 ans, a été tué après avoir ouvert le feu sur les forces de l’ordre venues l’interpeller à Strasbourg. D’autres arrestations ont eu lieu quelques jours plus tard, notamment à Torcy (Seine-et-Marne) et à Cannes. Au total, 10 personnes ont été mises en examen, dont 7 sont toujours écrouées. Pour la plupart, il s’agit d’individus radicalisés après leur conversion à l’islam.

L’enquête a connu un nouveau rebondissement avec l’arrestation de 5 autres personnes, le 17 juin 2013. Et parmi ces dernières, nous apprend Europe1, figurent deux marins de la base navale de Toulon. Ces deux militaires ont été interpellés par la DCRI (Direction centrale du Renseignement intérieur) et la SDAT (Sous-direction anti-terroriste), avec le concours de la DPSD (Direction de la Protection et le Sécurité de la Défense).

Le premier est un fusilier-marin accusé d’avoir volé du matériel militaire pour le revendre à un autre marin, qui, âgé de 23 ans, quittera la Marine nationale en juillet prochain, son contrat de 4 ans arrivant à terme.

Pourquoi les enquêteurs se sont-ils intéressés à ces deux-là ?

Selon Europe1, le receleur du matériel volé a un frère qui combat actuellement les forces de Bachar el-Assad aux côtés des jihadistes.

C’est en étudiant l’entourage de ce dernier que les policiers ont fait le lien avec le jeune marin en poste à Toulon, dont la garde à vue a été prolongée jusqu’à ce 20 juin. Il s’agit pour les enquêteurs de déterminer si ses achats d’équipements militaires étaient destinés pour lui-même – il doit se reconvertir dans la sécurité privée – ou bien  servir à alimenter une réseau terroriste.

Quant au fusilier-marin, il a été relâché après deux jours passés en garde à vue. Son cas, qui n’intéresse pas l’antiterrorisme, va être confié à la gendarmerie maritime. Mais a priori, sa carrière au sein de la Marine nationale va se terminer plus vite qu’il ne l’aurait voulu.

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

 

mercredi 12 juin 2013

Sécurité de la base des sous-marins nucléaire de L'Ile Longue

Base militaire de l'Ile Longue, une protection-défense dans la profondeur

Le quotidien Le Télégramme dénonce des "failles" dans la sécurité de ce site stratégique.

L'Ile-Longue est un "joyau de la République", comme le dit un bon connaisseur de ce site, qui abrite la base des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE), en face de Brest. (ndlr : Base SNLE Ile Logue - Google Maps) Un "joyau" menacé par des entrées intempestives, comme l'explique Le Télégramme ? Les spécialistes de la protection-défense (prodef) n'en croient rien. "Si l'on s'arrêtait au filtrage et à la clôture, il y aurait en effet de quoi s’inquiéter" assure un bon connaisseur du dossier interrogé par ce blog. "Mais le filtrage et la clôture, c'est en quelque sorte de l'affichage : la partie émergée de l'iceberg et certainement pas la plus importante".

La protection-défense du site de l'Ile Longue est conçue "dans la profondeur", explique cette source, "c'est-à-dire à l'intérieur et à l'extérieur de la barrière. Mais de cela, on ne parle jamais !" Parce que ce secret fait justement partie de la sécurité. "Notre logique est celle de la surêté nucléaire, avec toute une série de barrières de confinement".

La prodef d'un site comme celui-ci n'est pas simplement statique, mais "dynamique", nous explique-t-on. C'est-à-dire ? C'est déjà secret... Elle est en tout cas assuré à la fois par des gendarmes maritimes, qui peuvent intervenir en dehors du site et par une compagnie de fusiliers marins (Cifusil) pour la défense à l'intérieur. Leurs effectifs exacts sont classifiés, mais sont de plusieurs centaines. La sécurité relève également des compétences du préfet du Finistère et les services de renseignement y contribuent.

Suite à l'article du Télégramme, le ministre de la Défense a aussitôt ordonné une "enquête" confiée à l'Inspection générale des armées. Il s'agira d'une "analyse complète de la sécurité terrestre, aérienne et maritime de l'Ile Longue".  "Nous avons des inspections presque toutes les semaines, de diverses sortes" confie une source bien informée. "Et ce que nous craignons le plus, c'est la routine qui fait baisser la vigilance". La lecture du Télégramme de ce matin - la Marine nationale n'avait pas été sollicitée auparavant - a ,pour le coup, secoué la routine éventuelle...

Source : Jean Dominique Merchet - Secret Défense


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mercredi 10 avril 2013

Défense Nationale : Les commandos-marine de retour à la mer

Alors que les commandos-marine se battent depuis plusieurs années loin des rivages (actuellement dans le nord du Mali, après trois années dans les vallées afghanes), la Force maritime des fusiliers marins et commandos (Forfusco) souhaite aujourd'hui un "retour à la mer", c'est-à-dire au cœur de l'identité marine des commandos.

Le métier spécifique des commandos-marine est en effet d'opérer en mer contre des bateaux (anti-piraterie, lutte contre le narcotrafic, contre-terrorisme, surveillance d'embargos...) et à partir de la mer vers les côtes. Cette dernière fonction, tombée en désuétude ces dernières années, a été réactivée lors de l'opération Harmattan en Libye,   avec des raids contre des objectifs à terre depuis des bateaux au large.

Ce retour à la mer passe aussi par la livraison de nouveaux équipements, notamment Ecume, la nouvelle embarcation des commandos deux fois plus grosses que les actuels Etraco et, pour les nageurs de combat, le Propulseur sous-marin (PSM) de nouvelle génération qui sera mis en oeuvre depuis les sous-marins Barracuda.

L'un des points forts de la Forfusco est son nouveau commando Kieffer, qui regroupe des spécialistes travaillant pour les autres - "c'est la start-up" de Lorient, comme disent les commandos. Composé d'une cinquantaine d'hommes (et de quelques chiens), on y trouve par exemple un pilote d'Atlantique 2 ou un spécialiste de la guerre électronique de l'armée de terre. Les membres de ce commando ne sont plus astreints à suivre le très difficile stage commando, contrairement à ce qu'il se passait lors de sa création en 2008.  La Forfusco dispose également d'importants moyens de transmissions projetables, l'équivalent de ce qu'on trouve à bord d'une frégate !

Les commandos marine sont régulièrement employés, par petits détachements, dans la lutte contre le narcotrafic - une mission interministérielle. Leurs prises récentes (par exemple plus de deux tonnes de cocaïne) aurait une valeur marchande extrêmement importante - de quoi s'offrir un porte-avions !

Aujourd'hui, plusieurs dizaines de commandos-marine - sous les ordres du COS - sont engagés discrètement au Mali, en particulier dans la zone de Kidal.

Source : Secret Défense


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

samedi 23 février 2013

Qatar : L'exercice Gulf Falcon a commencé

                                                                                                                    

FranceQatar: Alors que les forces françaises sont engagées avec 4.000 hommes dans l’opération Serval au Mali, la France va prendre part à l’exercice Gulf Falcon, qui va se dérouler du 16 février au 7 mars 2013 avec, là encore, des moyens relativement importants.

Ainsi, pour les besoins de ces manoeuvres conjointes, 1.300 militaires français seront mobilisés sous le commandement de l’Etat-major interarmées de force et d’entraînement (EMIA-FE).

Pour l’armée de Terre, l’Etat-major de force (EMF) n°3 de Marseille a été projeté. En outre, la 13e Demi-Brigade de la Légion Etrangère (DBLE), le Régiment du Marche du Tchad (RMT), le 1er Régiment de Chasseurs (RCh), le 2e Régiment de Dragons, le 3e Régiment d’Artillerie de Marine (RAMa), le 54e Régiment d’Artillerie (RA), les 13e et 19e Régiments du Génie (RG) ainsi que des éléments de la 11e Brigade Parachutiste ont été sollicités.

Pour le première fois, le Système de Pose Rapide de Travures (SPRAT), qui permet de déposer, en quelques minutes, deux ponts mobiles courts de 14 mètres ou un seul de 26 mètres, afin de pouvoir franchir une brèche de 24 m de large. En outre, 17 chars Leclerc seront engagés par le 1er RCh, de même que 4 Camions équipés d’un système d’artillerie (Caesar) seront mis en oeuvre par le 3e RAMa. Enfin, le dispositif terrestre est complété par 23 véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI) et 22 véhicules de l’avant blindé (VAB).

L’armée de l’Air va quant à elle mobiliser 1 hélicoptère Puma ainsi que 3 Mirage 2000-5 et 3 Rafale tandis que la Marine nationale engagera la frégate de défense antiaérienne Chevalier Paul.

Basé sur un scénario de conflit haute intensité, l’exercice Gulf Falcon comprendra trois phases : montée en puissance, engagement (dès le 2 mars) et stabilisation.

La coopération militaire entre la France et le Qatar est ancienne. Récemment, les aviateurs français et qatari ont d’ailleurs travaillé ensemble depuis La Sude, en Crète, dans le cadre de l’opération Harmattan en Libye, et mené des missions de supériorité aérienne avec leurs Mirage 2000-5 respectifs.

Qui plus est, Doha est un bon client de l’industrie française de l’armement. “Depuis 2007, les prises de commandes se sont élevées à 450 millions d’euros pour 200 millions d’euros de matériels livrés”, rappelait, il y a peu, le général Martin Klotz, le porte-parole adjoint du ministère de la Défense. Et ce n’est sans doute pas fini dans la mesure où le Qatar pourrait acquérir des Rafale dans un avenir proche.

Cependant, si Paris et Doha partageaient la même position lors de l’affaire libyenne, il en va autrement pour la situation malienne. Ainsi, le Qatar a émis des doutes sur l’intervention militaire française visant à contrer les groupes jihadistes présents au Nord-Mali et qui menaçaient Bamako au début de cette année.

Le jeu de l’Emirat dans la région n’est pas très clair. Du moins d’après certains témoignages rapportés par plusieurs organes de presse, des soupçons sur une aide du Qatar aux islamistes radicaux via le Croissant-Rouge et Charity Qatary ayant été avancés. Ce que Doha a toujours démenti jusqu’à présent.

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mercredi 12 décembre 2012

Marine nationale : Succès aux Caraïbes contre les trafiquants de drogue

Plus de 800 kg de cocaïne saisis grâce à l’action de la frégate Ventôse

La frégate Ventôse finit l’année aussi bien qu’elle l’a commencée. Le 4 janvier dernier, elle avait intercepté deux voiliers appartenant à des narco-trafiquants à quelques 600 nautiques de la Guadeloupe. Bilan : 1,2 tonne de cocaïne saisis et 7 trafiquants présumés remis à l’Office Central de Répression du Trafic Illicite de Stupéfiants (OCRTIS).

Le 30 novembre 2012, la frégate de surveille Ventôse a une nouvelle fois été sollicitée pour mener une mission identique. Suite à une information donnée par un avion de patrouille maritime américain, le navire français a en effet été engagé dans la poursuite d’une embarcation de type Go Fast, suspectée de transporter des produits stupéfiants.

Rapidement repéré par l’hélicoptère Panther de la frégate, le bateau rapide, transportant visiblement de nombreux ballots de drogue, a refusé d’obtempérer à l’ordre de se mettre en panne.

D’où la décision du commandant du Ventôse, prise sous l’autorité du préfet de région Martinique, délégué du gouvernement pour l’action de l’Etat en mer, d’ordonner au tireur d’élite embarqué à bord du Panther de tirer dans les moteurs de l’embarcation récalcitrante.

Les moteurs devenus ainsi hors d’usage, les trois occupants du Go Fast ont alors jeté une partie de leur cargaison par-dessus bord avant l’arrivée sur zone de l’équipe d’intervention de la frégate française. Interpellés par cette dernière, ils ont ensuite été transférés à bord du Ventôse.

Quant aux ballots dont il été déterminé, après analyse, qu’ils contenaient de la cocaïne, 28 sur une quarantaine ont pu être récupérés. Au total, ce sont donc 838 kg de drogue qui ont été saisis.

La frégate a ensuite fait route vers de Fort-de-France, où les 3 trafiquants et la cargaison qu’il convoyait ont été remis à l’antenne Caraïbe de l’OCRTIS. Ils risquent une peine de 30 ans d’emprisonnement pour “trafic et exportation en bande organisée de produits stupéfiants.”

Depuis le début de l’année, les Forces armées aux Antilles (FAA) ont saisi plus de 3 tonnes de cocaïne dans le cadre des opérations relevant de l’action de l’Etat en mer. La lutte contre les narco-trafiquants est coordonnée à l’échelle d’une structure américaine, la Joint Interagency Task Force South (JIATF-S), basée à Key West, en Floride. 

Source : Zone Militaire


Retrouvez nous sur Facebook : FNCV.Combattants.Volontaires
Page officielle de la Fédération Nationale des Combattants Volontaires

* * *

mardi 12 juin 2012

Somalie : sanctuaire des groupes de pirates armés basés à terre

Mission en  Somalie pour les commandos marine !

Les commandos-marine se sont récemment entraînés en Corse aux missions qu'ils pourraient mener en Somalie.

L'Union européenne a autorisé le 23 mars 2012, les forces navales de l'opération Atalante à mener des actions à terre, sur le littoral, contre les pirates.

Les forces sont désormais autorisées à aborder, au rivage, les navires des pirates mais aussi à débarquer pour détruire leurs installations logistiques. Il ne s'agit, en aucun cas, d'actions de longue durée et en profondeur dans le territoire somalien. L'idée est uniquement celle de raids sur le littoral, à partir de la mer. Le coeur même du métier de commando-marine.

Pas étonnant qu'ils s'y entrainent tout spécialement, comme nous le confirme le dernier numéro de Cols bleus, le bimensuel de la Marine. 60 hommes du commando de Penfentenyo ont participé à un exercice sur ce thème en Corse durant le mois de février. La situation : "des groupes armés basés à terre entretiennent l'insécurité au large des côtes". La mission : "neutraliser les perturbateurs avec l'empreinte au sol la plus faible possible". Si ça ne ressemble pas à la Somalie, c'est qu'on ne sait pas lire...

Le BPC Tonnerre et la frégate Guépratte ont participé à l'exercice au large de Calvi, comme base arrière et PC des commandos. Seule une partie des commandos a pu être "tarponnée" (parachutée en mer) à cause du mauvais temps. Avec une douzaine de zodiac Futura, "ils enchaînent les actions coups de poing en territoire hostile. En six nuits consécutives, ils neutralisent les infrastructures et les moyens de défense maritime de l'ennemi, l'amputent d'une voie stratégique d'approvisionnement, recherchent et détruisent ses plots logistiques après s'être assuré de la neutralisation de la défense antiaérienne (SA-7 et SA-8). In fine, ils mettent hors de combat les principaux chefs des groupes ennemis", explique Cols bleus. Les commandos bénéficiaient des Caracals du 4ème régiment d'hélicoptères des forces spéciales, de l'appui aérien de Mirage 2000 et des minis-drones du commando Kieffer.

Depuis lors, la frégate Guépratte est arrivée au large de la Somalie (pour y relever l'Aconit) et un amiral français, le contre-amiral Jean-Baptiste Dupuis a pris le commandement de l'opération Atalante. Avec le droit d'intervenir sur le littoral.

Source : Secret-Défense

* * *

- page 1 de 4